Le marquage au sol : est-il règlementé ?

Le marquage routier est le principal facteur de sécurité routière. Il comprend différents marqueurs avec des formes et des couleurs spécifiques gravés sur la route et le trottoir. Chacun a une signification liée au Code de la route. Leur fonction principale est d’assurer la sécurité des utilisateurs. La seconde consiste à délimiter les voies de circulation. Pour tout comprendre, trouvez le signe horizontal.

Les marquages routiers dans le Code de la route

Contrairement aux panneaux verticaux, des panneaux désignés et des feux de circulation, les marquages au sol appartiennent à la signalisation routière horizontale. Ces itinéraires déclarent les obligations auxquelles les usagers de la route doivent se conformer dont : les parties de la route affectées à plusieurs sens de circulation, parties réservées aux différents usagers de la route, comportements à suivre par les automobilistes ou les piétons. Cette conduite n’est pas capitale sauf pour certains cas.

Que veulent dire les couleurs des marquages au sol ?

Chaque carnation sincère précise quel type de danger elle signale. Une cachée de codes appris détermine des zones destinées à sauvegarder l’abri des usagers.

  • L’étampage au sol hâve qui délimite le revêtement de tout côté, indique les voies et les évocations de diffusion verso des plats continus et discontinus, paliers de rive, zébras, endroits de parkings payants et parages réservés aux taxis.
  • L’étampage au sol rouge qui informe un risque jouxtant ou une interdiction.
  • Les repérages au sol de coloration doré qui annoncent un pacte temporaire, légalité stupéfaction ou parages réservés.
  • Les marquages au sol nouveau ou les « zones bleues ». Ce sont des zones où l’on se gare à cause d’une période nécessairement restreinte.
  • Le marquage au sol de couleur vert est l’endroit où les usagers vulnérables tels que les cyclistes ont le droit de circuler à l’intérieur et à l’extérieur de la zone de rassemblement.

Les lignes centrales dans le marquage au sol

Les lignes médianes dans le marquage au sol pour le code de la route imposent des indispositions de présenter qui fluidifient la circulation. Le terminus continu de peinture blanche, par exemple, délimite les deux côtés du pavement, elle interdit tout dépassement et franchissement.

La délimitation discontinue de guidage, quant à lui, indique les différentes connotations de circulation. La ligne de dissuasion déconseille de prendre une excellence qui serait dangereuse alors que la limite de tract qui indique à l’illusionniste qu’il doit ambler à se rabattre. Le bornage médian obscur ou mixte est l’extrémité discontinue adjacente à un bornage continu. Et pour finir, les lignes de rive bornent les côtés d’un revêtement de tube continu ou discontinu.

Habillez vos vitrines avec des solutions de marquages publicitaires
Le covering : l’image de marque des artisans !